25/05/2017

Les seins des femmes, une convoitise intemporelle

Ce n’est pas que notre époque, contemporaine qui regarde la  poitrine des femmes sous le prisme re-formant de la chirurgie esthétique, en quête de la moindre imperfection afin de la reléguer au rang des personnes disgracieuses, ou pour l’inviter implicitement à remodeler ses seins pour mieux plaire. Toutes les sociétés, à chaque époque, ont toujours eu pour les seins, une attention particulière, une véritable fascination. D’où ce désir presque pathologique de valoriser sa poitrine, d’en faire plus qu’un « outil » de maternité.   


 

Quand remodeler sa poitrine est possible…

lifting-seins-en-tunisie.jpg

Les seins ne sont pas plus valorisés aujourd’hui qu’ils ne l’étaient hier. Mais seulement, grâce à la chirurgie esthétique, les femmes peuvent aujourd’hui remodeler leur poitrine, leur donner la taille ou le volume qui leur convient, et ce toujours dans le but de plaire.

Trouver un remède durable à la poitrine tombante, voilà un rêve que nourrissent secrètement les femmes de notre temps, une chance qu’ hier les autres n’ont pas eue. Refuser d’avoir des seins qui tombent, c’est pour la femme rester en adéquation avec un désir social. C’est se conformer à la demande et à la volonté de la société à laquelle elle appartient.

Les seins dans l’antiquité et le moyen-âge

Les seins sont appréciés différemment selon les cultures dans l’antiquité. Chez les grecs, ils sont fascinés par des seins menus, ou plutôt moyennement volumineux tandis que les gaulois eux, apprécient les poitrines opulentes se découvrant derrière de fins tissus. Les femmes romaines quant à elles à cette époque, se sentent belles lorsqu’elles ont les seins dénudés, ce qui est pour elles (pour les yeux des hommes ?) un signe extérieur d’élégance.

Les seins parfaits à l’époque médiévale doivent être quant eux, petits, hauts, espacés et surtout ronds, pour satisfaire à la demande d’une société aussi exigeante que celle actuelle.

La « Renaissance » de la femme presqu’impudique

Que le décolleté soit la mode vestimentaire à cette époque ne soit pas un fait du hasard. La femme doit dévoiler ses seins tout en conservant une certaine pudeur. Epoque fortement marqué par l’art, la beauté et la nudité de la femme sont exaltées dans des tableaux, mais en vrai, elle doit garder une certaine sensualité en dénudant ses seins à moitié seulement.

A Versailles, le décolleté sera adopté pour nourrir davantage le désir, le décupler et permettre à la femme de se rendre maîtresse dans l’art de la séduction.

Les Lumières et la pudeur

Sous les Lumières, la pudeur impose de se passer des décolletés et les femmes s’habillent des vêtements plus sobres. Ce qui expliquerait que les femmes avec des fortes poitrines soient plus appréciées parce que leurs seins derrière les vêtements pouvaient encore se dessiner.

Depuis l’avènement d’Hollywood et de ses stars, sans oublier les combats féministes, il est difficile de savoir à quel « sein » se vouer tant chacun y va de son imagination.

17:04 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.